Blog posts

Qui cuisine à la maison?

Qui cuisine à la maison?

C'bon

Un tour d’horizon auprès des bordelaises en 2020

En 60 ans, quel beau parcours… ! A l’époque, la jeune mariée vouait son existence au « maître du foyer », pendue aux consignes du Guide qu’elle recevait, un mois avant ses noces.

Notre question amuse même ces dames, pour lesquelles la réponse coule de source. Désormais, la cuisine se partage. 

Une grande majorité cuisine en tandem, à Bordeaux les hommes sont résolument évolués. Beaucoup prennent du plaisir à s’approprier la cuisine avec des plats simples, plus sophistiqués le week-end. Le quotidien se cale avec souplesse sur l’agenda du couple, le premier arrivé se mettant aux fourneaux. 

Comme quoi l’ère de nos grands-mères ou arrière grands-mères qui couraient dans tous les sens pour apporter les plats chauds, rechercher le sel, changer d’assiette et s’attaquer à la montagne de vaisselle est révolu.

Mais, qu’en est-il de la minorité ?

Elles reproduisent inconsciemment un schéma éducatif patriarcal. Nous allons donc donner quelques conseils à celles qui ne vivent pas encore en couple.

Ne donnez pas tout dès le départ, même si vos intentions sont louables, mue par votre sublime amour. N’assurez pas sous tout rapport. Attention au ras-le-bol, à la frustrose qui va vous gagner, le soir où vous rentrerez d’une réunion de travail tardive. Il vous attendra les doigts de pieds en éventail, vautré devant la télé. Vous fulminerez à ses premiers mots « on mange quoi ce soir ? ». Il sera trop tard pour inverser les rôles. Le pire étant que vous aurez votre part de responsabilité.

Réfrénez votre envie de lui concocter toutes vos spécialités pigées sur Marmiton. Soyez très occupée autour de l’heure des repas et laissez-le faire. Extasiez-vous sur ses pâtes bolo au haché déongelé, quitte à en manger jusqu’à l’écoeurement. Offrez-lui un joli tablier, demandez-lui de cuisiner en petite tenue et ne lésinez pas sur l’effet pulse qui pique votre libido.

Faites les courses ensemble, vous serez parée contre l’excuse du manque d’idées, de ne pas savoir où trouver quoi. 

Face à un paresseux, vous l’aurez à l’usure en shoppant des topinambours, carottes, navets, épinards, salade, steaks de tofu à gogo. Gommez votre sourire espiègle et angélique, racontez-lui par le petit menu les délices qui l’attendent pour la semaine.

Ne vous faites pas avoir par ses compliments intéressés, sans devenir parano non plus. 

Soyez malignes et vous rejoindrez le clan de la majorité !

About the author

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *